Archives de catégorie : Fleurs et jardin

Le sonnet français : Après l’été.

Après l’été

Le monde sera-t-il bien plus beau, bien plus rose,
Quand l’automne venu calmera le tison,
D’un trop fougueux soleil hâtant la fenaison,
D’une nature en feu cramant son air morose ?

Durant l’été brûlant j’ai vu pleurer ma rose,
Lasse de ne pouvoir en son exhalaison
Égaler en beauté tout l’or de l’horizon,
Et l’incroyable éclat d’un ris de primerose.

L’hirondelle est partie et mon cœur est chagrin,
Je suis comme l’épouse au départ du marin,
Je surveille les cieux, l’orage et ses alarmes !

Si l’actualité nous offrait du jasmin,
Au lieu de nous servir son chapelet de larmes,
La vie aurait le goût de miel et de cumin !

Annie Poirier

Le Pantoum : Adieu l’hiver.

Tableau réalisé par le Président de l’Essor poétique de la Roche Sur Yon, Jean-Paul Vivier.

Adieu l’hiver

L’été revient, tombe ma peine,
L’espoir sourit au seringa.
Dans l’air si chaud vole une penne,
Plus douce encor que l’alpaga !

L’espoir sourit au seringa,
Muse se fait un peu mutine.
Plus douce encor que l’alpaga,
Danse la fleur de l’églantine.

Muse se fait un peu mutine,
Dans les bras d’un jeune marin.
Danse la fleur de l’églantine,
Entre lavande et romarin.

Dans les bras d’un jeune marin
J’ai cru que la vie était rose ;
Entre lavande et romarin,
L’azur bénit la primerose.

J’ai cru que la vie était rose,
Ainsi qu’un éternel printemps.
L’azur bénit la primerose,
Les souvenirs et leurs instants.

Ainsi qu’un éternel printemps,
Mon cœur peut battre la chamade ;
Les souvenirs et leurs instants
Ont bien souvent l’âme nomade.

Mon cœur peut battre la chamade
Sous ton regard malicieux !
Ont bien souvent l’âme nomade,
Les moutons blancs dans les grands cieux…

Adieu l’hiver pernicieux,
Enfin je peux ouvrir le pêne !
Mon petit monde est gracieux,
L’été revient tombe ma peine !

Annie Poirier

Le sonnet estrambot : Réveil printanier.

 Aquarelle de Marie-Luce

Réveil printanier

Ainsi qu’une hirondelle en ce printemps bien sage,
Brode sans le savoir l’or de mon horizon,
Le réveil de ma plume, au fond de sa prison,
Pousse l’inconscient vers un nouveau message.

Désormais tout est prêt pour un plus doux tissage,
Jaillissent de partout des parfums à foison,
Quand un brin de folie, en son exhalaison,
Demande à se nicher dans les plis d’un corsage !

Il suffit pour cela de cueillir au matin,
Le chant d’une fontaine et la fleur de satin
Qui, sous les pleurs d’argent, ôte enfin sa voilette.

Chaque jour est plus beau, le soleil généreux
Distribue à tout va les trésors doucereux
Du joli moi d’avril peaufinant sa toilette !

Et si le soir venu fringotte le pinson,
Je me plais à penser qu’une belle moisson
Jaillira dès demain d’un cœur de violette !

Annie

Le Maillet : Les mots.

Les mots

Flirter avec les mots pour enrichir la prose,
S’accrocher à toujours qui rime avec amour,
En caressant madame et son esprit glamour,
Pour oublier chagrin car il est trop morose.

Cueillir le mimosa qui fleurit au jardin,
Flirter avec les mots pour enrichir la prose,
Respirer le parfum que nous offre la rose,
Pour chasser le cafard qui n’est pas anodin.

Se lover dans un lit, dans ses draps de satin,
En berçant la paresse et sa dentelle rose ,
Flirter avec les mots pour enrichir la prose,
Essuyer la tristesse et sa glace sans tain.

Cultiver le bonheur, arrachant la névrose,
Pour croquer la douceur dans un morceau de fruit,
Accueillir l’oiseau bleu pour adoucir le bruit,
Flirter avec les mots pour enrichir la prose.

Annie

Le sonnet marotique : Retour du printemps.

Retour du printemps

La pervenche sourit, le papillon volette,
Le bouton d’or déjà rayonne de bonheur,
Tous les prés alentour charment le promeneur,
Le printemps revenu balade sa palette !

L’éclatante jonquille avec la violette,
Réveillent tendrement l’insecte butineur,
Pendant qu’une jacinthe, en son rêve flâneur,
S’amuse à taquiner le brin de ciboulette !

Dès que le mimosa calme son flamboiement,
Le fier camélia, dans son bel engouement,
Ourle tous ses boutons pour imiter la rose.

Primevères, crocus ou muscari bleuté,
Tout un monde floral se fait une beauté,
Et moi face au jardin je m’attelle à ma prose !

Annie

Le sonnet polaire : Le bruit du silence.

BLOG EN PAUSE

Le bruit du silence

C’est le murmure doux de l’herbe printanière,
Du papillon de nuit, le frôlement discret,
Le galop d’une biche au sein d’une forêt,
Les pattes de velours du chat dans sa panière.

C’est le cœur de l’horloge et le soupir du vent,
La braise qui s’endort dès le soleil levant,
Le froufrou de la nuit retrouvant sa cachette.

C’est aussi le bourgeon riant comme un gamin,
Le muguet virginal parfumant sa clochette,
Le frisson du lilas qui prépare demain.

Cela peut-être encore, agitant sa crinière,
Pégase qui s’enfuit du haut d’un minaret,
Tandis que le silence en son rêve secret,
Reprend avec brio sa danse routinière !

Annie Poirier

Le sonnet marotique : Merveilleux été.

 

Un grand merci à mon amie Maria pour cette superbe mise en page !

Merveilleux été


La foule des oiseaux amuse ma chaumière,
Réveille les matins de leurs chants racoleurs,
Un coin de paradis, aux doux parfums de fleurs,
Sur terre est descendu dans un rai de lumière.

Éclatante, je vois une rose trémière
Défroisser ses froufrous, fière de ses couleurs,
Que l’été rayonnant, de ses doigts ciseleurs,
Distribue en plein juin comme une avant première !

Et juillet qui s’éclate, en sa belle mi-temps,
Fait danser dans les cœurs des rêves envoûtants,
Sous des flocons de lune à la teinte ivoirine.

La lave du mois d’août a roussi le verger,
Le temps file plus vite à l’ombre du Berger,
J’ajoute à mon dessert un jus de nectarine !

Annie

Le sonnet marotique : Enfin du bonheur.


Enfin du bonheur

Enfin, le soleil brille et les oiseaux des cieux
Chantonnent un refrain qui parle de victoire,
Celle du renouveau, dont l’éternelle histoire,
Clôture une saison au regard sourcilleux.

Et j’applaudis déjà le retour gracieux
D’un habile printemps, penché sur l’écritoire
Afin d’y dessiner une autre trajectoire,
Quand l’univers fleuri se veut plus spacieux.

Enjoué, le crocus, depuis belle lurette,
En lançant son clin d’œil à chaque pâquerette,
A donné le signal de la fête au bonheur !

Jacinthes en manchon, jonquilles éclatantes,
Appellent en renfort les roses débutantes
Qui bientôt souriront à mon rêve flâneur !

Annie

Le sonnet marotique : Guerre encore…


Guerre encore

Ô monde choisis bien ton futur gouvernant !
Vois ce peuple qui meurt, frappé par la mitraille
D’un homme dont l’esprit visiblement déraille,
Et qui par son pouvoir assomme un continent !

Chaque siècle a son monstre, il est hallucinant
D’entendre de nouveau l’autorité qui braille ;
L’histoire avait pourtant fait tomber sa muraille,
L’Europe ayant promis un ciel plus avenant.

Et ce fou continue à forger son empire,
Tandis que le printemps, qui lentement soupire,
Éponge les sanglots de familles en pleurs.

Après avoir banni tout ce qui fut naguère,
On ne doit accepter que revienne une guerre,
Dont la triste semence est le poison des fleurs…

Annie

Le sonnet marotique : Découragement.

Découragement.

Comme il est triste et gris ce temps qui m’insupporte !
A chaque rayon d’or j’applaudis la splendeur,
Mais le ciel aussitôt rappelle sa cohorte
De nuages grincheux et leur esprit frondeur !

Du coup mon regard fuit ma fenêtre et ma porte,
Car j’en ai plus qu’assez de l’hiver baroudeur ;
Vivement l’hirondelle et l’espoir qu’elle apporte
Quand son brin de folie éloigne la froideur !

Au moral fatigué de bercer sa névrose,
Il faudrait pour remède une première rose,
Étonnamment coquette en robe de satin !

Si l’actualité ramenait l’espérance,
On pourrait donc rêver de nouvelle fragrance,
Mais hélas, elle aussi, se parfume au crottin !

Annie