La Gérardine : Éternelle nostalgie.

Éternelle nostalgie

Ne plus penser à rien qu’à l’oiseau qui chantonne,
Oublier du passé tous les jours anxieux,
Préférer l’éventail des couleurs de l’automne
Pour mieux vivre au présent un rêve gracieux,
Celui qui me convie à la lande bretonne.

Mais mon esprit frondeur, un rien malicieux,
Me ramène sans cesse à ma terre natale,
Où le soleil brûlant bien plus audacieux,
Réveille mon besoin d’être sentimentale !

Voici qu’un doux regret dansant à l’horizon,
Afin de m’envoûter, sort son arme fatale,
Ce rappel est si fort que j’en perds la raison !

Faut-il donc qu’à nouveau, sous un ciel qui moutonne,
Je déguste à plaisir ce terrible poison,

N’avoir pour seul bonheur qu’un refrain monotone !

Annie

6 réflexions sur « La Gérardine : Éternelle nostalgie. »

  1. Hop immédiatement le Marco va chercher ce qu’est une gérardine et s’intéresse plus à la forme qu’au fond…..
    Mais il revient ensuite relire ce poème: entre la Bretagne et le sud rieur, Annie nous fait un joli numéro d’équilibriste …..
    Bonne soirée

  2. Bonjour Annie,
    Ah la nostalgie. Nul ne guérit de son enfance a chanté Jean Ferrat et c’est tout à fait vrai. Nos terres natales ou d’enfance nous marquent à jamais, parfois même sans que nous en ayons conscience.
    Je te suis dans ces jolis mots que je partage tu le sais pour être dans le même manque mais tu le dis mieux que moi. Je t’embrasse.

  3. Nos racines tiennent bon
    au fil des années
    même si le cœur s’alanguit
    la vie va de l’avant
    malgré les coups de nostalgie !

    la gérardine m’était totalement inconnue, nouvelle boisson poétique :-))

  4. Tout ce qui nous ramène à l’enfance nous touche profondément, merci pour ce beau poème Annie, il vibre en moi !
    Je t’embrasse
    Marine

  5. Coucou Annie une belle Gérardine, ta nostalgie est touchante, et fort bien écrit, bravo, douce journée je t’embrasse affectueusement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *